ordres du jour, comptes rendus, questions d’actionnaires

La seule qui repose sur la présence effective à TOUS les rendez-vous des sociétés cotées : assemblées générales annuelles et extraordinaires, présentations de résultats semestriels et annuels, investor days

La veille de l'HebdodesAG

La seule veille qui repose sur la présence effective à TOUS les rendez-vous de 700 sociétés cotées en France et à l'étranger : assemblées générales annuelles et extraordinaires, présentations de résultats semestriels et annuels, investor days

L'invité(e) est :

Loïc Dessaint Directeur Général de Proxinvest

Directeur Général de Proxinvest

Pour cette 19ème édition, Proxinvest met en évidence une forte hausse des rémunérations des dirigeants du SBF120 de 10% en 2017, sur laquelle vous êtes plutôt critique; pouvez-vous nous indiquez dans combien de cas (sur 120) Proxinvest a recommandé un vote négatif lors des AG 2018 ?

Concernant ces rémunérations dues au titre de 2017, les problèmes restaient nombreux mais nous avons pu constater des améliorations dans l’explication de l’atteinte des critères du variable. Ainsi notre taux d’approbation est passé de 37% à 44%. Pour la première fois, Proxinvest a synthétisé au sein de son rapport sur les rémunérations son avis et sa recommandation de vote sur la rémunération 2017 de chaque Président exécutif afin de bien séparer les bons et les mauvais élèves et les aider à comprendre nos attentes d’évolution.

La nouveauté de cette 19ème édition est le Baromètre des Performances; de façon iconoclaste, ce Baromètre met en évidence que Performance et Rémunération ne vont pas de pair; cela est-il dû selon vous au choix des critères de variable ?

Ce manque de lien entre l’évolution des rémunérations et de la performance s’explique à la fois par le choix de critères de performance qui ne se sont pas avérés créateurs de valeur mais aussi par un niveau d’objectif peu exigeant fixé par les conseils d’administration pour l’atteinte de ces critères et par un recours excessif aux travaux de comparaison (« benchmarking ») qui provoque une inflation généralisée et régulière des rémunérations des dirigeants.

Depuis l’instauration des premiers votes sur la rémunération des dirigeants, Proxinvest a toujours souligné que le choix de critères de performance pertinents relevait du conseil d’administration. Nous nous sommes alors contentés de vérifier le caractère exigeant des objectifs de performance retenus, travail que personne d’autre ne fait réellement.

Pour ce rapport nous avons développé un nouvel outil interne dénommé « Baromètre Performance » qui nous a permis de classer les sociétés du SBF 120 en fonction de leur performance actionnariale (50%) et de leur performance comptable (évolution du chiffre d’affaire, du résultat opérationnel, des flux de trésorerie d’exploitation et du bénéfice net par action, chacun pesant pour 12,5% du baromètre). Comparé à l’évolution des rémunérations sur moyen-terme, il permet par exemple à nos lecteurs d’identifier les conseils d’administration plutôt défaillants qui auront augmenté les rémunérations entre 2014 et 2017 alors même que la performance est inférieure à celle des autres sociétés de l’échantillon.

Vous pointez également une absence de corrélation entre les rémunérations des dirigeants et des salariés. comment l’expliquez-vous ?

Beaucoup trop de conseils d’administration oublient de regarder le traitement des salariés du groupe ce qui peut s’avérer nuisible à la nécessaire cohésion sociale.

Vous proposez une modification du Code Afep-MEDEF sur les indemnités de départ

Effectivement, il n’est pas sain pour l’auto-régulation patronale française d’accepter des indemnités de départ de deux années de rémunération pour les haut dirigeants alors que la nouvelle grille des indemnités prud’homales est bien moins généreuse pour le simple salarié. De plus, le code devrait reprendre le principe d’une acquisition prorata temporis des rémunérations actionnariales et pluri-annuelles lors des départs.

Loïc Dessaint est Directeur Général de Proxinvest depuis juin 2014.

Diplômé de Sciences-Po Lille (Economie-Finance) et du DESS Analyste Financier International de l’Ecole Supérieure des Affaires de Lille où il a passé en parallèle le premier niveau du Chartered Financial Analyst (CFA), Loïc Dessaint rejoint Proxinvest en 2001 en qualité d’analyste financier.

Il devient Directeur Associé en 2005 chargé de la recherche, des politiques de vote, du partenariat international ECGS, des solutions informatiques et des services relatifs au suivi des emplois et à l’engagement actionnarial.

Managing Partner de Expert Corporate Governance Service (ECGS), un consortium unique d’experts locaux européens en matière de gouvernement d’entreprise et d’exercice des droits de vote.

Membre du comité technique de la SICAV d’engagement actuariel Phitrust Active Investors, du Réseau international de gouvernance d’entreprise (ICGN), du comité des meilleures pratiques pour la recherche sur les votes des actionnaires.

Proxinvest est un cabinet de conseil et d’analyse financière français fondé en 1995 par Pierre-Henry Leroy.

Cette agence en conseil de vote est spécialisée dans l’assistance à l’exercice du vote des actionnaires et opère exclusivement pour les investisseurs.

Proxinvest publie régulièrement des informations chiffrées sur la rémunération des dirigeants d’entreprise.

www.proxinvest.fr