ordres du jour, comptes rendus, questions d’actionnaires

La seule qui repose sur la présence effective à TOUS les rendez-vous des sociétés cotées : assemblées générales annuelles et extraordinaires, présentations de résultats semestriels et annuels, investor days

La veille de l'HebdodesAG

La seule veille qui repose sur la présence effective à TOUS les rendez-vous de 700 sociétés cotées en France et à l'étranger : assemblées générales annuelles et extraordinaires, présentations de résultats semestriels et annuels, investor days

L'invité(e) est :

L’invité de l’Hebdo : Jean-Pierre de Soulanges

Jean-Pierre de Soulanges, vous êtes administrateur de l’APAI, association pour le patrimoine et l’actionnariat individuel. Vous considérez que l’assemblée de CGG et la difficulté à obtenir le quorum nécessaire sont des cas isolés

Oui, parmi toutes les sociétés qui tiennent leur assemblée générale, cette absence de quorum est un cas tout à fait isolé. La plupart des entreprises ont fait ce qu’il fallait pour mobiliser leur actionnariat et travaillent très en amont pour obtenir des quorums satisfaisants. Que ce soit les entreprises du CAC 40 ou celles du SBF 120, tout ce travail est fait régulièrement.

Vous soulignez également que pour ce qui concerne l’actionnariat individuel et la façon de le solliciter, les entreprises ont fait de grands progrès depuis 10 ans et mettent en oeuvre des moyens nouveaux.

Tout à fait. Vous avez notamment, comme vous savez, Votaccess, qui est une plateforme qui permet aux actionnaires de voter directement. Il y a encore des progrès à faire, parce que cela reste un peu « informatique », et puis surtout, l’inconvénient est qu’une fois que vous avez voté avec Votaccess, vous participez à l’assemblée générale mais vous nepouvez pas changer votre vote alors que si vous obtenez des réponses satisfaisantes du Président vous pourriez être amené à modifier le vote.

Donc vous militez pour un vote en temps réel.

Oui. Je pense que l’on dispose d’ailleurs de moyens. Vous avez tous des smartphones maintenant, il suffirait d’avoir une plateforme et le vote serait pris en compte au moment de l’assemblée générale pour tous les intervenants

Vous soulignez également que certaines entreprises ont mis en oeuvre des moyens nouveaux pour fluidifier l’arrivée des actionnaires individuels en assemblée, qui tenait selon vous du parcours du combattant et qui est encore parfois un peu chaotiques.

Deux exemples sont très instructifs : LVMH et Christian Dior. Vous aviez cette année la possibilité d’aller à n’importe quel guichet pour obtenir un boitier de vote, ce qui a supprimé les queues interminables habituelles dans les autres assemblées.

Vous faites également des propositions sur la façon dont les avancées de l’intelligence artificielle pourraient être intégrée et notamment les robots pour traiter, notamment ce sujet du vote. En particulier, pourquoi ne pas avoir un smartphone, qui passerait devant un robot, qui pourrait savoir instantanément quels sont vos droits de vote et paramétrer votre application.

Absolument. L’ensemble des ces technologies fonctionne, elles sont utilisées pour d’autres applications, ne serait-ce que pour les aiguillages à la SNCF. Avec les systèmes de blockchain, avec les systèmes d’intelligence augmentée, vous pouvez naturellement fluidifier considérablement l’entrée dans les assemblées générales, pour ceux qui veulent se déplacer.

En plus de toutes ces propositions sur les moyens, vous faites également des propositions sur le fond de ce que devrait être une assemblée générale d’actionnaires idéale. Vous êtes critique sur la façon dont l’assemblée a évolué, en une forme de « show ». Que voulez-vous dire ?

Les actionnaires individuels viennent aux assemblées générales. Mais une assemblée qui dure trois heures, c’est long. La plupart des actionnaires s’en vont avant le vote parce qu’ils ont l’impression qu’ils n’influent pas sur la résolution telle ou telle. Donc je préfère des cas exemplaires comme Dassault Systèmes, qui tient une assemblée générale qui ressemble à une assemblée générale, ou comme Alten, qui fait un roadshow, et ensuite l’assemblée générale, ou encore comme Airbus, qui tient son assemblée aux Pays-Bas, mais qui est une entreprise du CAC 40, et qui n’accepte que des actionnaires à son assemblée. Et vous avez la possiblité de poser vos questions en trois salves : la première en ayant donné vos questions avant l’assemblée pour qu’on puisse vous répondre ; la deuxième si vous considérez que les réponses ne sont pas appropriées ; et la troisième si vous considérez qu’il y a des sujets qui n’ont pas été traités.

Fondée le 26 novembre 1987, l’Association pour le Patrimoine et l’Actionnariat Individuel (APAI) est l’une des principales associations d’actionnaires individuels enFrance. Elle a objectif de :

– Développer la culture économique et financière des épargnants

-Favoriser la constitution d’un patrimoine individuel sous toutes ses formes

– Défendre les intérêts des détenteurs d’un patrimoine et intervenir auprès des décideurs pour une fiscalité plus encourageante

– Favoriser les relations avec les entreprises et organiser des visites de sites

– Encourager le développement de l’actionnariat sous toutes ses formes et représenter les actionnaires individuels aux A.G. et dans diverses instances

 

Retrouvez cette interview en vidéo sur notre chaîne Youtube:

Propos recueillis par Bénédicte Hautefort