ordres du jour, comptes rendus, questions d’actionnaires

La seule qui repose sur la présence effective à TOUS les rendez-vous des sociétés cotées : assemblées générales annuelles et extraordinaires, présentations de résultats semestriels et annuels, investor days

La veille de l'HebdodesAG

La seule veille qui repose sur la présence effective à TOUS les rendez-vous de 700 sociétés cotées en France et à l'étranger : assemblées générales annuelles et extraordinaires, présentations de résultats semestriels et annuels, investor days

L'invité(e) est :

Gilles Arditti, administrateur de Worldline

administrateur de Worldline

Hasard du calendrier, cette AGE de fusion WORLDLINE-SIXTPAYMENTSERVICES est la 3ème du SBF120 cette semaine, après SAFRAN-ZODIAC et ESSILORLUXOTICCA. Dans le cas de SAFRAN-ZODIAC, l’approbation des actionnaires du flottant s’est accrue pendant le temps d’élaboration de la fusion; c’est l’inverse qui s’est produit chez ESSILORLUXOTTICA. Comment décririez-vous l’évolution du regard de vos actionnaires sur l’opération ? 

Depuis l’annonce de l’opération au mois de mai, l’actionnariat n’a pas évolué. L’entrée de Six Payments Services dans l’actionnariat de Worldline se traduit par  une part du capital à 25%.

Qu’il s’agisse des AGE de cette semaine, ou du climat général des « Gilets Jaunes » , on sent à nouveau une forte attention sur les sujets de rémunération des dirigeants, alors même quel n’y a pas de nouveauté légale ou réglementaire sur ce sujet en 2019. Avez-vous le même feedback de vos actionnaires ? Comment l’expliquez-vous ?

L’assemblée générale d’aujourd’hui est une assemblée générale extraordinaire dans la mesure où elle est relative à une acquisition avec un paiement en actions Wordline et l’entrée d’un nouvel actionnaire.  A notre niveau, il n’y a rien de nouveau au sujet des questions de rémunérations durant cette assemblée ; mais ce sont des sujets qui reviendront bien entendu pour les prochaines assemblées dont celle du mois de mai prochain, et tout ce qui concernera les Say-on-Pay notamment.

Vous êtes Responsable des Relations Investisseurs et des actionnaires d’Atos et Administrateur de Worldline, élu par les actionnaires donc. Que vous apporte cette expérience de connaitre les deux côtés de la barrière ?Avez-vous par exemple, sans attendre la nouvelle recommandation du Code Afep MEDEF, organisé des contacts directs entre les investisseurs et un membre du Conseil d’Administration ? chez Atos, chez Worldline ?

C’est en cours. Toutefois, et cela reste un point de vue personnel,  la relation entre la personne chargée des relations investisseurs dans un groupe et dans toute société doit rester pour les actionnaires le point de passage, non pas obligé mais facilitateur.

Gilles Arditti est responsable des relations avec les investisseurs et de la communication financière chez ATOS SE.

Il siège également au conseil d’administration de Worldline SA.

Il est diplômé de l’Université Paris Dauphine, de l’École des Mines d’Alès et de l’École des hautes études commerciales de Paris.