ordres du jour, comptes rendus, questions d’actionnaires

La seule qui repose sur la présence effective à TOUS les rendez-vous des sociétés cotées : assemblées générales annuelles et extraordinaires, présentations de résultats semestriels et annuels, investor days

350 entreprises couvertes – 83 € HT/mois/personne

La veille de l'HebdodesAG

La seule qui repose sur la présence effective à TOUS les rendez-vous des sociétés cotées : assemblées générales annuelles et extraordinaires, présentations de résultats semestriels et annuels, investor days

L'invité(e) est :

Camille Leca

Directrice des activités d’Euronext Paris

Euronext est le plus grand marché d’Europe des Cleantech

Euronext Growth attire de plus en plus; quels sont les principaux facteurs de ce succès ?

Euronext Growth est un marché adapté aux besoins des PME. En 2017, il a été (re)lancé sur les fondations d’Alternext, dans le but de clarifier son positionnement et de renforcer son attractivité.

Ces changements ont porté leurs fruits : depuis 2018, on observe un attrait croissant des PME- ETI françaises pour le marché Euronext Growth à Paris, alors que les années précédentes, le nombre de cotation des PME -ETI s’équilibrait à Paris entre le marché réglementé Euronext et Euronext Growth. En 2015, 23% des PME françaises qui choisissaient la cotation optaient  pour le marché Euronext Growth (et 23% pour le marché principal Euronext, 53% Euronext Access).  En 2019, 47% d’entre elles ont fait le choix d’Euronext Growth contre 11% seulement Euronext. Ces chiffres sont toutefois à mettre en perspective avec un nombre plus faible d’introductions de PME-ETI.

Euronext Growth dispose de nombreux atouts pour les émetteurs du fait d’obligations allégées à l’admission et tout au long de la vie boursière : un principe de proportionnalité des obligations de reporting (comme le local GAAP vs IFRS), une obligation de flottant moins importante et l’absence de prospectus pour des opérations de financement d’un montant inférieur à 20% du capital (dans la limite de 8 millions d’euros).

En octobre 2019, une nouvelle étape a été franchie dans le développement d’Euronext Growth qui a obtenu le statut européen de « marché de croissance des PME », permettant d’alléger davantage les contraintes réglementaires imposées aux PME cotées, notamment avec l’utilisation de prospectus simplifiés et l’assouplissement des obligations issues du régime d’abus de marché. Il s’agit d’un nouveau label de qualité pour Euronext Growth qui accueille aujourd’hui 255 émetteurs sur l’ensemble des places européennes d’Euronext, pour une capitalisation agrégée de 20,2 milliards d’euros.

Malgré un environnement de marché difficile ces deux dernières années, la place parisienne a compté 19 introductions en Bourse sur Euronext Growth en 2019. Les entreprises de ce marché ont levé 235 millions d’euros en 2019 au travers de 31 émissions secondaires en actions. On compte 248 investisseurs institutionnels actifs sur Euronext Growth à Paris.

La loi Pacte a rendu les retraits de cote plus faciles et plusieurs sociétés ont saisi cette opportunité cette année; pensez-vous que cette « purge » est finie où attendez-vous une nouvelle vague de retraits de cote en 2020?

L’entrée en vigueur de la loi PACTE le 22 mai 2019 a effectivement permis d’abaisser les seuils de détentions permettant un retrait de cote. C’est une évolution positive, car nous pensons que les sociétés auront davantage la volonté d’entrer en bourse si elles ont plus de facilité à en sortir. A Paris, 12 entreprises ont ainsi été radiées de la cote suite à une offre de retrait obligatoire en 2019. Ce chiffre est comparable à 2018 (12). Cette évolution liée à la loi PACTE ne devrait pas conduire à une hausse significative des retraits en 2020.

Quel bilan 2019 pour les entrées en bourse sur Euronext (on pense bien sûr à la FDJ mais il y a eu bien d’autres opérations!)

En 2019, Euronext a admis 47 entreprises sur ses marchés contre 69 nouvelles admissions en 2018. Toutefois, les montants levés en 2019 restent similaires à ceux de 2018 avec respectivement 4,7 et 4,9 milliards d’euros levés.

Après un premier semestre calme, des introductions en bourse de tailles significatives ont marqué le second semestre 2019. Parmi ces entrées, il y a eu de très belles opérations comme Verallia (3,1 milliards de capitalisation boursière à l’IPO), la Française des Jeux (4,2 milliards de capitalisation boursière à l’IPO), mais aussi de belles histoires de croissance avec Hoffman Green Cement, Boostheat ou encore Agripower. A noter le nombre croissant de cotations d’entreprises cleantech sur nos marchés, qui fait d’Euronext le plus grand marché d’Europe du secteur avec un total de 65 entreprises et une capitalisation boursière agrégée de 23 milliards d’euros.

Nos autres places ne sont pas en reste puisqu’Amsterdam a accueilli cette année Prosus, un géant de l’internet grand public, valorisé à 95,4 milliards à son introduction en Bourse. L’acquisition de la Bourse d’Oslo a aussi contribué à la dynamique d’introductions au niveau du groupe. Enfin, Euronext connait un succès grandissant en Europe en dehors de ses places domestiques, notamment avec son initiative auprès des SME de la tech européenne : en juillet 2019, nous avons admis 13 entreprises originaires de pays étrangers (Espagne, Italie, Grèce, Islande et Etats-Unis).

Nous comptons poursuivre nos efforts pour soutenir le financement des entreprises françaises, grandes ou petites, développer l’internationalisation de nos cotations et renforcer nos attraits de place de référence pour les entreprises Tech en Europe. Sans relâche.

Numéro en cours

Numéro précédents