ordres du jour, comptes rendus, questions d’actionnaires

La seule qui repose sur la présence effective à TOUS les rendez-vous des sociétés cotées : assemblées générales annuelles et extraordinaires, présentations de résultats semestriels et annuels, investor days

La veille de l'HebdodesAG

La seule veille qui repose sur la présence effective à TOUS les rendez-vous de 700 sociétés cotées en France et à l'étranger : assemblées générales annuelles et extraordinaires, présentations de résultats semestriels et annuels, investor days

L'invité(e) est :

Arnaud Lagardère, Gérant de Lagardère

Gérant de Lagardère

Extrait d’intervention en assemblée générale sur la Stratégie RSE de Lagardère

« La responsabilité sociétale de Lagardère s’articule autour de trois enjeux forts »

Donner du sens, c’est une formule qu’on entend aujourd’hui absolument partout. Nous avons débuté, nous, il y a très longtemps, à un moment où on ne s’occupait pas du tout du tout de ce genre de choses. Aujourd’hui, c’est encore plus important, pour trois raisons. D’abord, parce que le Groupe Lagardère est en train de changer, en se concentrant sur deux métiers, donc évidemment cela modifie notre vision de ce que peut être notre responsabilité non seulement vis à vis des actionnaires vis à vis des salariés mais aussi vis à vis de la communauté d’une manière générale. Ensuite, parce qu’il y a une attente croissante de la société civile, à laquelle il faut répondre, parce que la société civile ce sont aussi des gens qui vont dans nos magasins et qui lisent nos livres, qui achètent nos produits. Bien évidemment il faut traiter et prendre en contre ce qu’ils ont en tête. Enfin, parce qu’il y a, il faut le voir dans le bon sens du terme, un durcissement des contraintes que ce soit au niveau français, au niveau européen ou au niveau mondial, et tant sur l’environnement que sur la mixité et la parité hommes femmes. C’est devenu quelque chose d’extrêmement important que toutes les entreprises doivent intégrer et rendre des comptes aux actionnaires.

La responsabilité sociétale du Groupe s’articule désormais autour de trois enjeux forts : mettre l’humain au cœur de la stratégie, accompagner et anticiper les évolutions sociétales et éco-responsables, et assurer une gouvernance éthique et responsable. J’ai souhaité vous donner ici des exemples de ce que nous faisons chaque jour sur chacun de ces trois axes.

Le premier enjeu est de mettre l’humain au cœur de la stratégie. Isabelle Juppé, Directrice de la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise du groupe, a créé le Réseau LL afin de promouvoir la mixité dans les métiers et l’égalité femmes-hommes : mentorat, ateliers de développement personnel et professionnel, conférences et rencontres de networking. Plus de 450 membres en France à fin 2018, dont un quart d’hommes, et une trentaine d’événements organisés. Il faut évidemment d’attirer et de fidéliser des talents. La valeur ajoutée que nous avons, ce sont les femmes et les hommes qui créent chaque jour de nouveaux produits et de nouveaux services. A travers la Lagardère Travel Retail Academy : développer les compétences des top managers et hauts potentiels de la branche à travers un programme de formations managériales de haut niveau. Six sessions réunissant des participants issus de multiples pays ont été organisées en 2018. Nous sommes aussi partenaires, c’est quelque chose qui est essentiel avec des librairies itinérantes avec le « Camion qui livre », où on incite les gens à lire, partout dans les villes, dans les hôpitaux aussi. Ils créent un mouvement que d’autres poursuivent j’espère pour faire en sorte que l’accès à la lecture et à la connaissance se fasse de manière plus fluide et plus efficace. Nous favorisant enfin la création et l’engagement solidaire : vous connaissez la Fondation Jean-Luc Lagardère que dirige Pierre Leroy. Elle donne des bourses à des jeunes talents dans divers domaines et ce sont des choses qui maintenant ont une certaine antériorité, donc on peut brasser, motiver, intéresser, inciter des jeunes à soumettre des dossiers ; on les étudie et on donne une prime à certains ; malheureusement pas à tout le monde, mais au moins cela crée encore une fois un mouvement qui va dans le très bon sens et la liberté d’expression et la diversité culturelle.

Le deuxième enjeu concerne les évolutions sociétales et écoresponsables. L’alimentation durable, en premier lieu, même si cela peut paraître bizarre pour le groupe de media que nous sommes. Mais dans tout travail humain l’alimentation, l’hygiène la sécurité alimentaire ce sont des choses auxquelles il faut être très attentifs. La gestion responsable du papier, en deuxième lieu; car tout dépend la manière avec laquelle vous achetez votre papier et vous traitez. J’entends ici à droite et à gauche dire mais finalement cette révolution l’iBook c’est extraordinaire parce qu’il n’y a rien de plus propre qu’un iBook. La réalité est exactement à l’opposé. Avec tous les efforts que l’on fait utiliser du papier recyclé en réalité un livre est beaucoup plus écoresponsable qu’un iBook et il faudrait que vous ayez dans votre iBook une bibliothèque absolument gigantesque de livres pour que ça finisse par s’équilibrer.
Parce que fabriquer des iBook, c’est pollluant, et cela coûte aussi des machines de stockage pour les utiliser dans ce qu’on appelle « le cloud ». Il ne faut pas aller contre le progrès mais il ne faut pas non plus aller contre les idées préconçues. Un autre exemple est notre lutte contre l’utilisation de plastique.

Enfin, le troisième enjeu est d’assurer une gouvernance éthique et responsable. Cela commence par la lutte contre la corruption. Notre compliance officer Nadia Morano n’a pas une tâche facile, parce que le groupe est vaste, implanté dans de nombreux pays, parfois assez fermés.
L’autre thème c’est le devoir de vigilance, auprès des fournisseurs, par exemple vérifier qu’ils n’ont pas recours à de la main d’œuvre mineure par exemple. Enfin, la protection des données personnelles, nous assurer que toutes les données que nous traitons sont bien protégées ; c’est un axe de plus en plus important avec les réseaux sociaux, les paiements en ligne notamment.