ordres du jour, comptes rendus, questions d’actionnaires

La seule qui repose sur la présence effective à TOUS les rendez-vous des sociétés cotées : assemblées générales annuelles et extraordinaires, présentations de résultats semestriels et annuels, investor days

La veille de l'HebdodesAG

La seule veille qui repose sur la présence effective à TOUS les rendez-vous de 700 sociétés cotées en France et à l'étranger : assemblées générales annuelles et extraordinaires, présentations de résultats semestriels et annuels, investor days

L'invité(e) est :

Alexandre Menais (ATOS)

Group General Counsel d’Atos

Vous faites voter vos actionnaires cette année pas seulement sur la raison d’être d’Atos, aussi sur votre plan de marche Advance 2021. Pourquoi ce choix, pourquoi en AG (où ne votent « que » les actionnaires), pourquoi cette année ?

Atos est en l’une des toutes premières sociétés à avoir soumis son plan stratégique à ses actionnaires. Dès 2013, le plan Orientations 2016 avait fait l’objet d’un vote de l’assemblée des actionnaires, tout comme le plan Ambition 2019 trois ans plus tard. Le Conseil d’administration d’Atos, le Président Directeur Général et le top management de la société sont très attachés à ce vote car il permet un alignement très fort entre les actionnaires, les organes de gouvernance de l’entreprise mais aussi avec l’ensemble des salariés du groupe. Il existe d’autres moyens qui permettent aux actionnaires d’être en prise avec les décisions de gestion de l’entreprise comme le say on pay. Par exemple, le « say on strategy » proposé par Atos, sans mélanger les rôles et responsabilités des autres organes de l’entreprise, est une pratique de bonne gouvernance très appréciée par nos actionnaires et qui permet ensuite une mobilisation de l’ensemble de l’entreprise à son exécution.

 

Est-ce une coïncidence si la même année vous faites d’Atos une Société Européenne, ou est-ce que cela fait partie de votre « raison d’être » (même si ce n’est pas inscrit comme tel dans les mots soumis au vote ?)

 Atos s’est transformée en Société européenne le 30 mai 2012. Nous souhaitions bénéficier des outils du législateur européen mis à la disposition des entreprises à dimension européenne et de la dynamique créée par le « label » européen auprès des clients et investisseurs. La transformation d’Atos en société européenne a été porteuse d’atouts significatifs pour le groupe, notamment en facilitant son développement à l’international mais aussi en renforçant sa crédibilité et son envergure dans les relations avec ses partenaires internationaux. Et cela tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’espace européen autour de sujets majeurs tels que les données personnelles. Depuis, Atos est devenu le leader européen de la transformation digitale. Enfin, au sein d’Atos ce changement de statut a confirmé l’attachement du groupe au dialogue social avec la création d’un comité européen (SEC) Societas Europea Council (SEC). Le SEC, instance représentant l’ensemble des salariés européens du groupe, est l’un des leviers essentiels du développement des salariés. Ce dialogue social européen continu a accompagné la croissance du groupe Atos.

En amont de la rédaction de cette « raison d’être », quel a été le processus d’écriture ? (par exemple, avez-vous fait des ateliers en interne, en externe, un questionnaire, à combien de personnes, comment et sur quelle durée, sous quel pilotage s’est déroulé ce processus, …)

Dans la cadre de sa démarche de responsabilité sociale d’entreprise, Atos a mené une réflexion profonde au sein du groupe. Plusieurs départements (RH, CSR, Compliance, R&D, Talents) travaillent ensemble pour bâtir la politique globale de responsabilité sociale d’entreprise d’Atos, en complément de différents programmes transversaux comme le [email protected] Par ailleurs, dans le cadre de l’étude Great Place To Work, de nombreuses informations sont remontées et analysées par les équipes RH du groupe et partagées avec le management de l’entreprise. Enfin, la performance de l’entreprise est depuis plusieurs années mesurée par des indicateurs environnementaux (GRI, Down Jones sustainability index) mais aussi de gouvernance d’entreprise (AFEP MEDEF), aux termes desquels Atos figure parmi les toutes premières entreprises dans sa catégorie.

C’est sur cette base dense et pertinente d’informations et de bonnes pratiques qu’un groupe de travail piloté par le département communication a proposé la rédaction d’un questionnaire et procédé à des interviews de différents collaborateurs de l’entreprise dans le monde entier. La restitution a dans un premier temps mobilisé le top management de l’entreprise puis ensuite le comité RSE du Conseil d’administration et enfin le Conseil d’administration pour aboutir à la définition soumise à l’assemble générale des actionnaires d’Atos.

Au-delà de l’effet d’annonce, très bien accueilli, très avant-gardiste, et de la puissance mobilisatrice d’une telle initiative, vous faites un choix de gouvernance fort. Vous inaugurez un nouveau partage des rôles entre Conseil d’Administration et actionnaires. Qu’est-ce qui vous a convaincu qu’il fallait remettre tout cela à plat ?

De plus en plus, le rôle du conseil d’administration dans l’information fournie aux actionnaires est au cœur des débats sur la bonne gouvernance des sociétés cotées. Le principe de transparence a déjà encouragé de nombreuses initiatives pour une meilleure communication de la société envers ses actionnaires, afin qu’une relation de confiance se noue entre l’entreprise et l’investisseur.

Chez Atos, à l’initiative de Thierry Breton, nous avons développé un cadre et des outils de relations fortes avec nos actionnaires. Il existe ainsi un dialogue continu et direct entre le dirigeant et ses équipes à l’occasion de road shows mais aussi lors de journées dédiées aux investisseurs. L’Assemblée générale permet quant à elle de développer, sans organisation hiérarchique des pouvoirs, un dialogue entre les administrateurs et actionnaires et permet au conseil d’administration d’accomplir les missions qui lui sont attribuées avec le say on strategy par exemple.

Le dialogue que les investisseurs nouent avec le Conseil d’administration sur les problématiques extra-financières constitue l’un des meilleurs vecteurs de prise en compte des défis environnementaux et sociaux auxquels sont confrontées les entreprises. L’engagement sociétal de l’entreprise et l’engagement des actionnaires ne constituent pas deux polarités opposées.

Qu’avez-vous prévu pour présenter et faire vivre cette « raison d’être » après de vos différents publics après l’assemblée générale (par exemple est-ce que vous prévoyez des roadshows sur ce thème, des réunions internes, des points presse, autre chose ? comment prévoyez-vous de faire remonter le feedback ?)

 Nous avons défini notre raison d’être comme une contribution à façonner l’espace informationnel.  L’espace informationnel, c’est l’espace dans lequel les données circulent, sont stockées et sont traitées. Il vient s’ajouter aux espaces territoriaux, maritimes et aériens dans lesquels l’activité humaine s’est successivement déployée en les façonnant à travers l’histoire. Cet espace informationnel, c’est celui dans lequel travaille Atos depuis plus de 60 ans. Nous disons simplement aujourd’hui que notre mission est de contribuer à le façonner. Nous affirmons aussi que nous entendons permettre au plus grand nombre de vivre, travailler et progresser durablement et en toute confiance dans cet espace. Comme cela a été fait pour les trois précédents espaces, il faut donc le structurer et le réguler. C’est la mission que nous nous sommes attribués et nous allons nous y atteler avec l’ensemble des parties prenantes du groupe Atos.

 

Alexandre Menais est Vice-Président Exécutif et Secrétaire Général du groupe Atos. Membre du Comité Exécutif, il a la charge notamment des fusions acquisitions et du développement, ainsi que du département juridique, conformité et gestion des contrats.

46 ans, diplômé en droit de l’Université de Strasbourg et d’HEC, il a rejoint le groupe Atos en 2011 comme Directeur Juridique Groupe, après avoir exercé en cabinet chez Lovells (Hogan Lovells) et en tant que directeur juridique chez eBay et Accenture.

Numéro en cours

Numéro précédents