Diane Segalen

Diane Segalen

« Un Board qui fonctionne bien est constitué de 8 à 11 administrateurs »

 

Nous observons cette année une réduction de la taille des Conseils d’administration français, qui convergent désormais vers environ 13 sièges. Ce mouvement s’est fait par la non-reconduction de mandats d’administrateurs venant à échéance cette année. Quel est votre point de vue ?

 

Nous prônons depuis longtemps une limitation de la taille des Boards, mais plus resserrée encore, à 8 à 11 sièges, pour une bonne qualité de groupe de travail. Et même si cela ne va pas dans le sens de notre métier de conseil en recrutement !

8 personnes, c’est le nombre d’administrateurs qui travaillent vraiment autour du dirigeant – fruit de notre expérience d’évaluation de conseils. Jusqu’à 11 personnes autour de la table, chaque administrateur se sent responsabilisé et pèse dans le débat. Cela permet à la fois d’avoir des experts sectoriels et géographiques, de constituer des Comités, d’accueillir des jeunes administrateurs pour préparer la succession des plus anciens. Ensuite, quand le cercle s’élargit, nous avons constaté empiriquement qu’à partir de 12 personnes, les Boards basculent vers une autre dynamique : c’est pourquoi nous recommandons toujours d’être en-deçà.

 

La limite d’âge va être un sujet pour plusieurs dirigeants français cette année. Certaines entreprises la reportent. Sur l’ensemble de la place, l’âge moyen des administrateurs augmente légèrement cette année – restant inférieur à 60 ans. Observez-vous la même chose ?

 

Nous observons à l’inverse une forte demande de rajeunissement des Boards. Presque toujours, le brief qui nous est donné fixe un âge maximum à 55 ans. C’est l’âge qui permet à l’administrateur de faire deux mandats, sachant que de nombreuses entreprises ont à présent modifié leurs statuts pour introduire une limite d’âge à 65 ans. 55 ans, c’est aussi un âge en phase avec les dirigeants du CAC 40 aujourd’hui, qui veulent des administrateurs qui leur ressemblent.

 

Troisième observation : près d’un Board sur cinq sera constitué pour moitié de femmes – les sociétés vont bien au-delà de l’obligation de 40% de femmes minimum et continuent à rechercher des candidates administratrices. Quelle est votre analyse ?

 

Nous arrivons au passage de relai entre les grandes figures qui ont ouvert aux femmes la voie des Conseils, et la deuxième génération. Les entreprises continuent à demander des administratrices, alors que ce n’est plus une obligation légale, parce que les femmes ont démontré un comportement différent en Board de celui des hommes : elles sont plus studieuses et travaillent en général mieux leurs dossiers, elles ont moins d’ego.

 

Constatez-vous sur ce sujet une différence entre la France et les autres pays ?

 

Les Belges suivent l’exemple de la France, en fixant un quota (de 30%, un peu inférieur à celui de la loi Copé-Zimmermann). Le Royaume-Uni a plus de mal avec cette notion de diversité. Incontestablement, la France est en avance.

25 ans de recrutement de hauts dirigeants:

Spécialisée dans les comités de direction et conseils d’administration, notamment dans les secteurs des services et des groupes familiaux

Formation : Magistère de juriste d’affaires de l’Université Paris II Panthéon- Assas (1988) + Young Manager Program de l’INSEAD (1997)

Dates marquantes

Un début de carrière dans la Banque d’Affaires de 1987 à 1992 à New York et Paris

1992: Heidrick & Struggles à New York

1993: Ouverture du bureau parisien du cabinet Boyden avant de réintégrer en 1997 Heidrick & Struggles à Paris en qualité d’Associée et en charge de la practice finance

2005: Vice-Chairman de CTPartners, ouverture du bureau de Paris et participation à la forte croissance en Europe et en Asie de ce cabinet américain aujourd’hui coté à la Bourse de New York

Octobre 2011: création de Segalen+associés

2013 : ouverture du bureau de Segalen+associés à Londres

Vice-President Europe d’Helen Keller International, qui lutte pour l’éradication de la cécité et la malnutrition dans le monde www.hki.org